Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

 

Mot de bienvenue

photo1En 2014, début de mandat, je vous disais que la Communauté de Communes aurait à assumer de plus en plus de compétences. La réalité est au-delà de ce que nous pouvions imaginer.

Depuis le 1er janvier 2017, nous assumons les compétences Eau et Assainissement. Un dossier très lourd car les budgets sont assez restreints ; cependant nous devons rattraper un grand retard au niveau des investissements : mise aux normes des captages d’eau potable, nouvelle prise d’eau sur la Colagne et nouvelle station de traitement de l’eau pour respecter les normes. Au niveau de l’assainissement : réfection de réseaux et séparatif eaux usées / eaux pluviales mais aussi construction d’une nouvelle station d’épuration (dossier très urgent mais coût estimé à environ 5 millions d’euros).

Au 1er janvier 2017, la loi NOTRe a imposé à notre établissement public de coopération intercommunale de gérer le tourisme, l’aire des gens du voyage et les zones d’activité.

Au 1er janvier 2018, la compétence MSAP a été prise en charge car cette structure est évidemment utilisée par tous les habitants du bassin de vie.

Récemment, nous avons décidé de prendre en charge la piscine et la bibliothèque de Marvejols au 1er janvier 2019. Prochainement, un bureau d’études va être choisi pour déterminer l’intérêt communautaire des équipements sportifs et surtout pour déterminer ce que les communes devront verser annuellement à la Communauté de Communes du Gévaudan, sinon celle-ci sera dans l’incapacité financière d’assumer ces nouvelles compétences…

Je ne peux terminer sans évoquer le besoin très urgent d’une maison de santé, de manière à accueillir de nouveaux professionnels de santé dans notre bassin de vie qui est aujourd’hui classé en zone de désertification médicale. Pour moi, contrairement à ce que certains affirment, c’est la priorité numéro 1. A ce jour, je pense pouvoir affirmer que le projet est relancé et que nous devrions parvenir à un dossier approuvé par les élus mais aussi par les professionnels de santé, de manière à ne pas gaspiller les deniers publics. Vous savez que j’y tiens mais j’ai aussi conscience que ce mandat (fin en mars 2020) ne sera pas suffisant pour tout réaliser. J’espère que demain, des élus ayant vraiment un esprit communautaire, prendront le relais.

Le Président, Rémi ANDRÉ